Portraits de coureurs

Avant la course, la tension est palpable. On plaisante avec les copains pour décompresser un peu. Comment ça va se passer ? Est-ce que je vais tenir le rythme ? Je suis peut-être trop habillé. Il fait froid. Il faut pas que je casse un bâton au départ. Quand le coup de fusil est parti, on ne pense plus qu’à pousser sur les bâtons.

Après la remise des prix, on rentre chez soi, heureux. Prêts pour la prochaine.